Le jardinage écologique offre des solutions ingénieuses

Le jardinage écologique offre des solutions ingénieuses

Le jardinage écologique est très astucieux. Il peut contribuer à réduire les émissions de dioxyde de carbone, à favoriser la durabilité de l’environnement et même à vous faire économiser de l’argent. Voici quelques conseils rapides pour commencer :

Éliminer l’essence. D’après Statistique Canada, l’utilisation d’une tondeuse à essence standard pendant une heure pollue autant qu’une voiture neuve roulant sur 550 km. En guise de solution de rechange plus écologique, utilisez plutôt des tondeuses manuelles ou électriques, ou encore des coupe-bordures sans fil. Ces appareils électriques sans essence aident à éliminer les émissions nocives et sont plus silencieuses; de plus, vous pourriez économiser entre 55 $ et 550 $ en coûts annuels de carburant.*

Couper haut. Réglez la hauteur de votre tondeuse à gazon en fonction d’une coupe élevée (environ de 7 à 8 cm du sol) afin de stimuler la croissance des racines profondes. Des lames plus hautes et des racines plus profondes contribuent à accroître naturellement la résistance du gazon aux insectes, et aident à contenir les mauvaises herbes et à mieux conserver l’humidité en maintenant le sol à l’ombre.

Jardiner à la verticale plutôt qu’à l’horizontale. Dans le cas de copropriétaires de condo et de ceux qui manquent d’espace vert, faire pousser des plantes ou des fines herbes à la verticale sur le côté de l’immeuble peut remplacer avantageusement le jardinage traditionnel. Les plantes verticales exigent moins de soins, contribuent à réduire le bruit et améliorent la qualité de l’air ambiant.

Éliminer le gaspillage. Cinquante pour cent de l’eau utilisée pour le jardinage au Canada est gaspillée en raison d’un arrosage excessif.** Pour éviter de gaspiller l’eau, utilisez la buse d’aspersion plutôt que la buse de pulvérisation du tuyau d’arrosage. Cette précaution permet d’arroser directement la base de la plante et de réduire le gaspillage d’eau résultant de l’évaporation. Si vous utilisez un gicleur, maintenez le jet d’eau au niveau du sol et veillez à ce que le jet d’eau n’atteigne pas les trottoirs ou les allées.

Récupérer l’eau de pluie. L’eau de pluie, et non pas l’eau du robinet traitée chimiquement, constitue la meilleure source de nutriments pour vos plantes, et il est toujours souhaitable de la recueillir. Un dispositif de récupération de l’eau de pluie peut être aussi simple que l’installation de bocaux, de bols ou de tonneaux pour recueillir et pour conserver de l’eau en prévision des périodes arides. Vous pouvez aussi tirer avantage de l’eau de pluie en installant des tuyaux de descente pour que l’eau s’écoule directement dans les plates-bandes ou sur le terrain. D’une manière ou d’une autre, vous aurez la chance de continuer à cultiver vos plantes tout en réduisant les montants de votre taxe d’eau et de vos factures de services publics.

*Analyse tirée de données recueillies auprès d’Environnement Canada.
** Ressources naturelles Canada.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s